Gastronomie

Le Sud-Tyrol dévoile sa gastronomie influencée par le soleil méditerranéen, associée aux facettes authentiques des Alpes, façonnée par des décennies d’autosubsistance et de cuisine traditionnelle rurale. L’histoire mouvementée du Sud-Tyrol a permis de donner naissance à une gastronomie incomparable. Vous trouverez ici une présentation des habitudes culinaires au Sud-Tyrol et quelques suggestions de spécialités sud-tyroliennes à goûter impérativement. 

Quand et quoi ?
La plupart des habitants du Sud-Tyrol considère le déjeuner comme leur repas principal. La quasi-totalité des hôtels proposent un buffet copieux au petit déjeuner. En ville, les locaux se contentent souvent d’un cappuccino et d’une brioche sur le chemin du travail. Dans les régions rurales, le petit déjeuner se compose de pain accompagné de beurre et de confiture. Au restaurant, un menu complet se compose d’antipasti (amuse-bouches froids ou chauds), du « primi piatti » (hors d’œuvre, souvent des pâtes), du « secondi piatti » (plat principal, à base de viande ou de poisson) et enfin, du « dolce » (dessert), accompagné d’un café. Le déjeuner est généralement servi entre midi et 14h et le dîner, à partir de 18h ou 19h.

Du vin en toutes circonstances
Au Sud-Tyrol, les repas sont accompagnés de vins locaux fins, la culture viticole ayant ici une longue histoire. Entre les repas, il fait bon se retrouver pour l’apéritif autour d’un verre de « Hugo », un cocktail à base de sirop de sureau, de menthe et de vin mousseux ou vin blanc. Les vins se boivent purs de préférence. Sur demande, on peut y ajouter des glaçons ou les couper à l’eau, ce que les Sud-tyroliens ne conçoivent que difficilement. La qualité du vin est primordiale. Le choix du vin est dicté par le repas et par le moment où il est dégusté. Le vin sec occupe une place centrale dans la gastronomie. Le vin blanc est plutôt bu en matinée alors que le vin rouge est préféré à partir de midi.

Plats classiques et typiques
Les Knödel, grand classique de la cuisine locale, sont des quenelles à base de pain qui se déclinent à l’infini : Speckknödel (au lard), Spinatknödel (aux épinards), Rote-Beete-Knödel (à la betterave rouge) et Käseknödel (au fromage). Elles sont servies dans les soupes, en plat principal ou en accompagnement, pressées, cuites et grillées. Ne manquez pas de goûter les Schlutzkrapfen, des raviolis locaux fourrés aux épinards et rissolés dans du beurre, souvent servis comme hors d’œuvre. La soupe d’orge - une soupe consistante à base de grains d’orge et de lard - figure principalement sur la carte proposée dans les petites exploitations paysannes. Les desserts traditionnels sont la Buchweizentorte (tarte au sarrasin et au fromage blanc), le strudel aux pommes et les beignets aux pommes. Les « Tirtlan » (beignets) et autres délices frits sont majoritairement préparés dans les régions rurales. Cette cuisine à forte consonnance autrichienne est aussi largement influencée par la gastronomie italienne. Il n’est donc pas rare de retrouver à la fois des Knödel, des pâtes, du risotto et des pizzas sur les cartes des restaurants. Ces dernières années, de nombreux chefs cuisiniers ont donné ses lettres de noblesse à la cuisine sud-tyrolienne, d’où un nombre impressionnant de restaurants étoilés et à toques.

Bon à savoir - Manger et boire comme de véritables sud-tyroliens

  • En Italie, on ne boit du cappuccino que le matin. Le midi et l’après-midi, c’est l’expresso et le caffè macchiato qui prennent le relais.La culture « Coffee to go » (café en route) n’a pas encore percé au Sud-Tyrol. Si le temps presse, on prend un café au comptoir (« caffè al banco »).
  • On ne coupe pas les Knödel... pour mieux les imbiber de sauce. D’ailleurs, si vous les coupez, le cuisinier pensera que vous les trouvez trop cuits.
  • Quant à s’aider d’une cuillère pour manger les spaghettis, l’usage est très controversé. Nombreux sont ceux qui pensent, qu’en toute logique, la fourchette suffit.
  • Au Sud-Tyrol, les pâtes ne sont pas dégustées en tant qu’accompagnement, à l’exception des « Schupfnudeln ».
  • Avez-vous déjà entendu parler de « Bis » ou de « Tris » ? Au Sud-Tyrol, le « Bis » est une sélection de deux hors d’œuvre chauds, servis en petite quantité. Un « Tris » est la combinaison de trois plats. Ce sont principalement les bistros, les bars et les refuges pour skieurs qui proposent des Bis et des Tris.
  • La coupe du lard est un art à part entière au Sud-Tyrol. Apprenez à couper correctement le lard du Sud-Tyrol en cliquant ici : https://www.youtube.com/watch?v=yUK6XLQwupY